Historique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Historique

Message par merrouu66 le Sam 4 Aoû - 10:37

Dans la tradition shintoïste, les kami peuvent résider en tout élément de la nature : un torrent, un bel arbre (bonsaï) ou une pierre étrange.

Le suiseki est un art dont les premières traces remontent au VIe siècle : l'impératrice Suiko reçoit un paysage de pierres miniatures de la cour impériale chinoise. Pendant cette première période, le suiseki est de style chinois, pierres souvent colorées, abstraites, très érodées. Le suiseki devient un objet symbolique, tant pour les bouddhistes que pour les taoïstes et les shintoïstes.

Entre le XIIIe et le XIVe siècle, on assiste à une évolution importante des choix esthétiques au Japon : l'influence du bouddhisme zen fait préférer les pierres simples, épurées, sombres. Au XIVe siècle, l'empereur Go-Daigo, grand collectionneur de suiseki, possédait une pierre remarquable exposée actuellement au musée Tokugawa de Nagoya : "le pont flottant des rêves», Yume no Ukihashi. Durant la période Muromachi, l’ascétisme des moins zen influencèrent fortement les classes dirigeantes japonaises. Le chef de guerre Oda Nobunaga (1534-1582), par exemple, qui renversa le shogun Ashikaga, était connu pour être un grand amateur à la fois de jardins secs et de suiseki. On dit qu’il a envoyé un suiseki nommé «pin des montagnes éternel» (Sue no matsuyama), ainsi qu’un délicat bol à thé, en échange de la forteresse de Ishiyama (en lieu et place de l’actuel château d’Osaka), en 1580.

Sen no Rikyu (1522-1591) était un autre collectionneur célèbre du XVIe siècle, ainsi qu’un maître de cérémonie du thé réputé. Rikyu, un grand amateur de suiseki, fut probablement à l’origine de la tradition consistant à placer une pierre simple et discrète dans l'alcôve traditionnelle des pavillons de thé. Cette pierre était placée au centre de cette alcôve, sous une estampe ou une calligraphie. Cette tradition a perduré jusqu'à maintenant.

Au début de l’ère Meiji (1868-1912), l’art du suiseki tomba temporairement dans l’oubli. La disparition de la puissante caste des nobles et des samouraï déclina et la classe des commerçants se tourna vers d’autres arts. Ce n’est que dans les années 1950-1960 que l’art du suiseki refit sont apparition. Depuis 1961, par exemple, l’Association japonaise de suiseki organise une exposition chaque année, à Tokyo, en collaboration avec l’Association japonaise de bonsaï. Nous le voyons de plus en plus dans nos expositions en France.
avatar
merrouu66

Messages : 19
Date d'inscription : 27/10/2010
Age : 32
Localisation : PERPIGNAN

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum